Chronique • Confess

confess-734014-264-432

Résumé : Auburn Reed a des plans très précis pour l’avenir et ne laissera personne se mettre sur son chemin ! Mais lorsqu’elle franchit la porte d’une galerie d’art à Dallas pour un entretien, elle s’attend à tout sauf à l’irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. L’énigmatique artiste semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser sa garde, pour comprendre qu’elle risque bien plus gros qu’elle ne le pensait.
Pour se construire, chacun devra tout confesser. Mais parfois, la vérité est plus douloureuse que le silence…

 

• • • • • • • • • • • • • • • •
Auteur : Colleen Hoover | Editions : Hugo Roman | Mode de lecture : papier | Nombre de pages : 344 pages
• • • • • • • • • • • • • • • •

mon-avis%c2%b2

J’attendais énormément de cette lecture puisque c’était mon premier de Colleen Hoover et depuis le temps que j’en entendais parlé, j’avais vraiment plus que hâte de me plonger dans ce récit.

Je m’attendais à une écriture spéciale, qui se démarque et en fait, je n’ai pas vraiment trouvé ça dans Confess, c’est une lecture – certes géniale – mais décevante. Mais c’est sans doute ma faute puisque j’avais construis une petite liste de mes attentes dans ma tête. Je m’attendais tant à quelque chose d’exceptionnel que je pense avoir été déçu en conséquence.

Cependant, j’ai apprécié ma lecture, c’était agréable, fluide et rapide. On ne s’étale pas, l’histoire avance et ce que j’ai aimé c’est ce voile de mystère tout au long du récit jusqu’à la dernière seconde où on comprend enfin les dernières interrogations que l’auteure avait créé au début du livre.

Parlons des personnages… Bien que j’ai trouvé le couple d’Auburn et d’Owen mignon, je n’ai pas non plus été transportée par leur romance. Ils n’ont rien de bien exceptionnel, mais ça peut-être appréciable d’un côté même si pour moi, il manquait un tout petit quelque chose.

J’ai eu parfois envie de secouer les personnages en leur disant « mais bordel, dis lui la vérité ! », mais je suppose que si les mensonges perduraient ainsi c’était pour le charme des confessions… Qui était d’ailleurs une idée intéressante dans ce livre, une vision trop peu exploitée d’après moi.

Ce que j’ai trouvé ça lourd le fait que les initiales d’Owen soit OMG et qu’Auburn en face tout un plat… Autant le fait qu’ils aillent le même premier nom de famille, j’ai trouvé ça mignon mais… bref. Un petit détail qui pourtant m’a agacé au court de ma lecture.

En bilan : Une lecture agréable qui m’a quand même embarqué puisque pour la deuxième moitié du livre, impossible de le lâcher. Mais finalement, je reste sur ma faim, je m’attendais à plus, quelque chose de génial, d’extraordinaire qui me marquerait. Mais depuis que j’ai lu Driven, j’ai l’impression que rien ne sera à la hauteur… J’espère avoir plus de chance avec Maybe Someday qui m’a été très conseillé.

j'ai bien aimé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :